Elise et Ju en baroude...

11 octobre 2008

De retour chez les ch'tis

Lille, Le 11 octobre 2008
Salut à tous!!

photo_024

(hé oui, on a retrouvé les bonnets et les anoraks!!)

   Comment ça va?? Chez vous, la santé etc...?? Nous ça va plutôt bien!! Changement de décor depuis le 17 septembre, plus de trois semaines, retour ici, dans ce coin du nord de la France, là où il fait pas toujours beau temps, mais où l'on vit bien!!

retour_133 retour_138 retour_139

   Comment décrire tout cela? Nos premières impressions en descendant de l'avion apres une nuit passée entre Ouagadougou, Dakar et finalement Paris? Outre le froid, c'est le silence, le calme des rues de Paris (eh oui!!) se réveillant, un mercredi matin. Pas grand monde dans ces belles rues si bien goudronnées avec de beaux bâtiments à étages, pas d'animaux, pas d'objets roulants pétaradants, pas de sono qui crache du couper décaler ou du rock Thaï, pas de petits marchands ambulants de nourriture ou d'objets en tout genre... Juste quelques passants emmitouflés et pressés, quelques belles voitures. Nous qui étions si sollicités, regardés, dévisagés... devenons anonymes. Blancs parmi les blancs. Bien que l'est de Paris, où nous passons cette première journée nous rappelle que cette France est métissée, multicolore.. et tant mieux. On sourit en croisant des africains. Ils ne comprennent pas, ils ne se doutent pas que l'on vient de la bas, de la terre de leurs ancêtres, et qu'on est fiers de pouvoir partager ça, de s'en être approchés, frottés... Même si on a pas tout compris ni adoré. On reste sous le charme de Mama Africa. Et cela pour longtemps..

     On se prend cette journée, encore à deux, seuls à redécouvrir la bonne bouffe française dans une brasserie parisienne, avec une bière belge à la pression. Des saveurs oubliées, redécouvertes... Toujours au ralenti, un peu perdus dans notre état de contemplation, nous arrivons tout de même à s'organiser pour rassembler nos affaires qui trainent dans notre point de chute parisien (chez la tite Alice, merci à toi!!). Et direction le ch'nord, dans ce beau TGV silencieux et confortable.

retour_003  IMGP2642 photo_016   

    Et arrivés à Dunkerque tout s'accélère... Des moments de retrouvailles émouvants avec les familles, puis rapidement tout repart comme avant. C'est à la fois bizarre et rassurant, mais avec les famille ou les amis, on revient vite dans le concret, le jour le jour, comme si cette année d'éloignement n'avait pas existé, comme si on s'était quittés la veille. Durant ces premières semaines, les occasions de retrouvailles se multiplient, aucours de fêtes comme les gens du nord aiment bien organiser. Nous sommes rentrés comme prévu juste à temps pour le mariage de la petite sœur d'Elise, Lulu avec son Hubert chéri. Une belle journée à Rumegies, non loin de St Amand (entre Lille et Valenciennes), sous le soleil. Que la fête fut belle!! Les mariés aussi!! Voyez plutôt:

retour_146 retour_162 retour_199 retour_148

retour_191 retour_209 retour_235

retour_260 retour_266 retour_283

retour_303 retour_318 retour_062      

     Une occasion de revoir avec joie notre ami Idrissa de Dakar qui était de passage dans la région. La semaine suivante, on a eu la joie de retrouver nombre d'amis au cours d'une fête organisée dans not' coin (près de Dunkerque) pour les heureux évènements de 2008 (des trentenaires, des mariages, des naissances et des retours de voyages). Ju a retrouvé sa place de batteur au sein de la Bubex, qui a animé cette soirée (ainsi qu'une "baraque à frites").

n1315894009_155131_9845  n1315894009_155137_1929    

     Nous avons également entamé notre "bébé tour", vu le nombre de naissances qui se sont produites dans notre entourage pendant notre absence (le compteur doit être entre 10 et 15)!! Et c'est pas fini!!

photo_008 retour_095 photo_063 photo_067

photo_073 photo_076 photo_081

photo_010

     Nous n'allons pas vous décrire toutes ces fêtes toutes ces retrouvailles, mais juste vous décrire le sentiment général. Une joie immense de retrouver tout ce monde, mais aussi parfois un sentiment de décalage et de malaise. Difficile de décrire en 3 mots ce qu'on a vécu à tous ces gens que l'on croise. C'est tout simplement impossible bien sur, mais de plus, on en a pas le recul suffisant! Ça viendra dans quelques semaines ou mois... Et ensuite, on se sent incompris et finalement trop en décalage parfois avec certaines personnes qui sont loin d'imaginer comment vivent les hommes à l'autre bout du monde. TF1 et les autres sont passés par là, donnant à qui le veut des clichés et idées fausses à qui veulent les entendre!! Y'a du boulot!!

photo_057      

     Pour ce qui est de notre petite vie privée, nous avons retrouvé notre petit appartement ensoleillé, dans cette belle ville de Lille. On a troqué en quelques jours nos vieux habits fatigués de baroudeurs, nos vêtements africains colorés, pour ressembler à toute autre chose!! Fini les sandales, retour aux chaussettes et aux chaussures fermées! On en oublierait même qu'on a des pieds!! Fini les pantalons légers, retour aux jean bien lourds!! Les premiers jours, il nous arrive au réveil, un peu embrumés, de s'étonner de la présence d'une couette, et de l'absence de moustiquaire!!Désormais il faut faire avec la sensation de froid quand on pose son pied hors du lit. Pareil pour la douche. On n'a plus froid pendant (à l'eau froide) mais avant et après!!

photo_033 photo_031 photo_038

photo_042 photo_043 retour_020

     C'est curieux, cet état contemplatif! ça fait beaucoup de bien aussi! (certes c'est un luxe de personnes qui ne bossent pas, mais on va y venir bientôt!!). On redécouvre notre région avec un autre œil . Entre des balades en vélo dans lille et dans la campagne, ou encore la visite de l'usine  de saucisson de cheval d'Olivier.

retour_121  retour_129   

     Cet état de contemplation est-il une habitude restée de notre initiation bouddhique?? En tout cas il va falloir se repencher là dessus... Car ce voyage a été long, et évidemment, les souvenirs des premières semaines sont moins précis. Que faire pour ne pas oublier? Ce blog est là pour ça. Mais certains nous ont demandé de préparer un diaporama ou un exposé des photos. Faudra vous accrocher car on en a fait plus de 13 000, des photos!! à voir... en tout cas on réfléchit sur la formule et on se met au travail. Ca occupera nos longues soirées d'hiver!! Avant cela, on profite de ces dernières semaines d'inactivité professionnelle très chargées par d'autres choses (du genre "travaillez moins pour être plus heureux"). Et puis viendra début novembre le retour au boulot. Fin de la boucle. Mais pas fin de l'histoire!!

à bientôt

abdel_latif_073

PS : petit clin d'oeil à notre frère Ismael, abidjanais émigré en suisse, qui lui aussi vient d'être papa. Félicitations et bienvenue à Abdelatif!!

Posté par bdboy59 à 13:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


16 septembre 2008

Dernier message avant le retour!!

Ouagadougou, le 16 septembre 2007

Bonjour!!

     Eh oui!! Dernier bulletin loindelillois avant le retour au bercail... Fin de la belle aventure. Un Moment étrange... Des sentiments partagés. Contents de revoir tous nos proches qui nous manquent, contents de se poser pour avoir un chez soi, se sentir chez soi. Mais d'un autre coté, on est tristes de quitter cette Afrique qui nous plait tant, de mettre fin à 10 mois et demie de découvertes, d'émerveillement, d'apprentissage sur le monde et surtout sur nous mêmes. Qu'avons nous appris, retenus?? Une multitude de choses qui se bousculent dans nos têtes. Difficile de le retranscrire maintenant. Il sera temps de faire le bilan une fois revenus et réhabitués à la vie de notre civilisation occidentale; une fois qu'on sera de retour dans cette France qui nous paraît si petite, dans not' pays de ch'tis et flamands...

Burkina_190__Medium_ Burkina_195__Medium_ Burkina_214__Medium_

 

     Burkina_316__Medium_ Burkina_319__Medium_

   Mais avant tout ça, nous avons pu profiter de quelques jours d'ambiance africaine typique, chez nos amis les griots  (musiciens traditionnels)de Nouna, un « gros village » au nord ouest du pays, près du Mali. Ce séjour fut bref, comme notre séjour ici, mais il est toujours bon de « recharger les batteries » (comme dit un certain Bénédictus, l'Afro-Lillois) en compagnie de Pascal, Fankélé, et les autres. Des amis qu'on a pu rencontrer il y plusieurs années, au cours de nos précédents séjours, grâce à Bertrand qui était prof dans un établissement de la ville. D'autres nordistes d'ailleurs on fait le voyage et connaissent Nouna... Les griots ne vous ont pas oublié, vous les toubabs qui êtes passés ici!! Ils vous saluent bien!!

 

Burkina_200__Medium_Burkina_204__Medium_Burkina_212__Medium_Burkina_240__Medium_

Burkina_301__Medium_Burkina_245__Medium_Burkina_235__Medium_Burkina_241__Medium_

    Depuis Koudougou, on a donc mis 2 jours pour faire les 200km trajet, suite a des problèmes techniques de la compagnie de bus. On a donc passé une journée à la gare de bus en vain. La mécanique du vieux bus « Canada aurevoir » ne voulait pas démarrer. Tant pis pour nous!! C'est un des apprentissages du voyage en Afrique, et surtout au Faso : la patience!! Surtout en cette saison des pluies, les pistes défoncées mettent la mecanique à rude épreuve!! Donc les pannes, les retards se multiplient. Le lendemain, nous sommes plus chanceux, et on tombe sur un minibus flambant neuf, enfin pas pour longtemps car la route de Nouna n'est pas goudronnée! Il nous faut bien 5h pour faire les 200km. Entre les ralentissements, les bosses, les arrêts divers, les discutailles du chauffeur etc... On est donc heureux d'arriver à destination, la colonne vertébrale compressée!!

Burkina_217__Medium_ Burkina_223__Medium_ Burkina_248__Medium_

Burkina_267__Medium_ Burkina_260__Medium_ Burkina_254__Medium_

           Que dire de ces quelques jours à Nouna? Du plaisir à revoir ce coin de bout du monde où la civilisation arrive tout doucement, de le découvrir sous la verdure de cette saison des pluies. De ces balades à vélo dans les ruelles de maisons en terre, de cette grande ferme, peuplées de cochons, de poules, de bœufs, de chèvres, de moutons, d'ânes... Ces ruelles où les enfants nous saluent avec tant d'énergie (« toubab, toubab »), pleines de boue ou même inondées, qui rendent les balades épiques surtout le soir, sans éclairage publique, à la lueur de la « SONABEL (l'EDF burkinabé) sans fil » (c'est à dire la lune).

 

 

Burkina_326__Medium_  Burkina_340__Medium_      Burkina_334__Medium_

Burkina_342__Medium_ Burkina_347__Medium_ Burkina_351__Medium_

De bons moments de retrouvailles, avec Moussa le tailleur, Ousmane le laitier Peul, Pascal, Fankélé, les griots... Le plus souvent avec ces derniers, autour d'une calebasse de dolo (la bière de mil), la boisson locale, dans les « cabarets », auberges à ciel ouvert en banco (terre). On a pu aussi déguster le « tô » ou pate de maïs avec la sauce au feuilles de baobab, chez Fankélé, le « Jimi Hendrix » du balafon (le xylophone africain). Elise a mis la main à la pâte en participant à la préparation avec Djénéba, la femme de Fankélé, pendant que Julien allait visiter la nouvelle maison de notre ami, malheureusement dans un quartier inondé, financée grâce au recettes d'un CD des griots que certains d'entre vous connaissent! 

Burkina_275__Medium_ Burkina_271__Medium_  Burkina_276__Medium_

 

    On est allés saluer Gustave, un ami de Bertrand, prof en collège publique. Toujours aussi accueillant et souriant ce Gustave! Autour d'un plat, il nous a parlé de ses conditions de travail, de ses classes de 6ème à 120 élèves, et de ses activités au sein d'Akwaba parrainage. Cette ONG française récolte des fonds pour parrainer des enfants indigents, le plus souvent orphelins. Le parrainage permet à ces enfants de payer les frais de scolarité, le matériel et l'uniforme scolaire. Si vous voulez participer et parrainer un enfant, il vous suffit d'envoyer un mail à Akwaba-parrainage France située à Pantin : akwaba.parrainage@yahoo.fr et dire que vous souhaitez aider les enfants pris en charge par Gustave Yigo et son association "Lawili" à Nouna.

    De retour à la civilisation, on en profite pour s'envoyer un dernier poisson braisé avec le Bertche, avec de l'attiéké made in Cote d'Ivoire... Mais tout cela a une fin. Ce soir on s'envole pour aller là haut. Aterrissage demain matin à Sarkoland.. Et cela pour... un certain temps...

Burkina_368__Medium_

    Les nouvelles en direct pour très bientot!
    bises à tous!

 


 

 

Posté par bdboy59 à 09:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]